• • 2019 - Action St-Leu / Interview de Franck Mességué / Manifeste / Courrier à notre ministre de la Santé, Agnès BUZYN, Emmanuel MACRON, Députés, Sénateurs ...

     

     

     

    GREVE DE LA FAIM DU 15 AOÛT AU 11 SEPTEMBRE 2019 A SAINT-LEU DE LA RÉUNION, TOUJOURS EN FAVEUR DE LA GENERALISATION DU DEPISTAGE PROPOSE DU VIH,QUE CE SOIT EN FRANCE COMME DANS LE MONDE

    Une interview de Franck Mességué, quelque peu épuisé, au 28ème et dernier jour de sa 5ème grève de la faim, à l'âge de 67 ans, toujours pour la même cause (soit, en tout 137 jours de jeûne ... pour l'instant ! depuis 1992), face au monument en hommage aux esclaves révoltés du 5 Novembre 1811, place de la mairie à Saint-Leu de la Réunion ; dont il souhaite, par ailleurs , vivement la panthéonisation pour leur acte, héroïque et historique, de courage et de justice qui fit la France. 

     

    • Voir, ci-après, le manifeste concernant cette 10ème action public  depuis 1992 : 

     

    • Ainsi que la principale lettre adressée aux responsables politiques : députés français et européens, sénateurs, Agnès BUZYN, notre ministre de la Santé, Emmanuel MACRON, Président de la République ...

        Madame la Députée ,                       Saint-Leu de La Réunion, le 25 août 2019


    « J’ai besoin de votre aide, j’ai besoin d'une chose, c'est que vous nous rendiez la vie impossible, nous les dirigeants, j'ai besoin de cette énergie là, de ces mouvements, de ces indignations, y compris de ces prises à partie du président de la République, du gouvernement (…) » a déclaré Emmanuel MACRON, le 21 juin dernier à l'Elysée, en présence d’Elton JOHN et d’Agnès BUZYN, à propos de la lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme. « Parce que plus vous faites ça, plus ça nous oblige à bouger ! » .

    Alors, étant donné que, personnellement, voilà maintenant plus de 27 ans que je lutte - uniquement - (depuis le 9/10 mai 1992, d'abord par "un record mondial d’endurance contre un virus endurant ", soit 24 h d’apnées successives, au profit des associations de lutte contre le sida à La Réunion) et sans relâche, en tant que citoyen engagé/lanceur d’alerte (voir blog : Franck Mességué, l’aventurier idéaliste), de façon entièrement bénévole (sans jamais solliciter ni accepter d'aide financière), pour essayer - mais en vain jusqu’à aujourd’hui - d’obtenir, par tous les moyens pacifiques et démocratiques, un simple débat spécifique de fond à l'Assemblée nationale, comme au Sénat, afin de convier l’ensemble de nos députés et de nos sénateurs, à bien vouloir légiférer, de manière responsable et en toute connaissance de cause, sur une mesure salutaire et urgente de santé publique : LA GENERALISATION DE LA PROPOSITION D’UN TEST VIH A L’ENSEMBLE DE LA POPULATION CONCERNEE ; puisqu’il est un fait sinistrement notoire que - depuis maintenant plus d’un quart de siècle - 25 000 à 40 000 personnes séropositives ignorent - encore et toujours - leur statut sérologique, et cela rien que pour notre territoire français . 
    L’intérêt général de cette disposition fut pourtant reconnue officiellement et acceptée, non sans mal, après 7 actions publiques nécessaires, et cela juste un mois, jour pour jour, après une pénultième grève de la faim de 21 jours, en août 2010, devant la préfecture de Saint-Denis de La Réunion /sur les 109 en 4 actions sur 9 jusqu’à aujourd'hui, par l’ex-ministre de la Santé, Roselyne BACHELOT, le 6 octobre 2010, qui en avait fait une priorité de dernière minute dans son Plan national VIH/SIDA et les IST 2010-2014 (« C'est, en intention, un virage à 90 ° » avait même pu s'étonner le professeur Willy ROZENBAUM/AFP)Ainsi, cette mesure devait normalement, à elle seule, en tenant compte d’une étude rigoureuse et chiffrée, réduire de 50 % les nouveaux cas en cinq ans : soit environ 16 000 personnes, mais aussi réduire de 20 % la mortalité liée au sida : soit environ 1000 décès de moins dans le même temps ; mais c’était malheureusement sans compter, entre autres, sur ses successeurs, comme Madame Marisol TOURAINE, ainsi que l’actuelle ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès BUZYN, qui ont, à tour de rôle, abandonné l’idée salvatrice de concrétiser consciencieusement cette résolution !?… Ce funeste attentisme ne date pourtant pas d’hier, puisque les avantages flagrants de cette mesure furent explicitement admis, dans un premier temps, par le Conseil national du sida - dès le 18 décembre 1991 - dans un rapport distinct adressé au ministère de la Santé : « L'utilité thérapeutique de connaître une séropositivité par le VIH ne peut être discutée : les traitements précoces peuvent allonger la période sans symptômes de l'infection . » ; ainsi, ces multiples retards dangereusement préjudiciables, d’année en année, qui furent commis - aussi négligemment que consciemment - ont déjà eu pour conséquence d’être forcément à l'origine de plusieurs dizaines de milliers de contaminations supplémentaires (elles auraient donc pu/dû être évitées ...) par transmission du VIH, pour fatalement un grand nombre de décès en plus ... voire en trop !!! 
     
    Tout en considérant que l'ONUSIDA, depuis son rapport de juillet 2015, a fini également par reconnaître, sans aucune équivoque, les réelles bienfaits de cette disposition de base à l'échelle mondiale : « Cela souligne la nécessité urgente de généraliser le dépistage du VIH », trois ans après le même constat est réitéré : « En 2018, ce sont encore 25 % (10 millions environ), des 37 millions de personnes qui vivent avec le VIH, qui méconnaissent toujours leur infection par le VIH » - Un terrible constat qui est en accord parfait avec la prévision implacable de la Professeure Françoise BARRE-SINOUSSI : « Le sida pourrait disparaître de la surface de la Terre en 2050, mais à la condition sine qua non, que - LENSEMBLE - des séropositifs, qui ignorent encore leur contamination, puissent enfin connaître leur statut sérologique . »
     
    Très récemment, ce fut au tour du secrétaire adjoint à la Santé des Etats-Unis, l’amiral Brett GIROIR, de lancer un cri d'alarme en affirmant sans ambages que trop de gens ignorent encore qu’ils ont le VIH - tout en soulignant avec gravité, quenviron 40 % des contaminations leur sont attribuées () - . Par conséquent, il voudrait instamment que les médecins prescrivent le test VIH plus systématiquement, les accusant quasiment de laisser-faire (…) 
     
    A La Réunion, en 1992, il y avait 77 personnes traitées dans les hôpitaux pour le VIH/sida. Actuellement, ce sont 1023 personnes, dépistées, qui sont contaminées sur l’île. Soit, une augmentation de 1 230 % / ou plus de 13 fois plus en seulement 27 ans . Sans compter les séropositifs qui s’ignorent … - c’est à dire : 300 à 500 vraisemblablement - La prévention, par le dépistage, ne serait-elle donc pas une priorité essentielle à renforcer et à améliorer au plus tôt, en étroite concertation avec l’ensemble des professionnels de santé !? 
     
    Et ce n’est surtout pas la Cour des comptes qui nous dira le contraire, puisqu’à la demande du Sénat, dans son dernier rapport, publié le 9 juillet dernier, elle reconnaît que la France ne s’est toujours pas donné les moyens d’atteindre l’objectif d’éradication des nouveaux cas à l’horizon 2030, dont celui incontournable de : « Mettre en place un dépistage organisé du VIH pour la population générale - intégré dans une consultation de prévention ou de santé sexuelle, par les professionnels de santé libéraux (…) » 
     
    Ainsi, - afin que ces recommandations ne tombent pas, pour la énième et re-re-énième fois, exclusivement dans les oubliettes pavées de bonnes intentions politiciennes croupissantes !!! -, j’ai donc décidé, de mon côté, depuis le 15 août, d'entreprendre une 5ème grève de la faim (en espérant comme d’hab !, que cela puisse être la der des ders ; sachant que je ne fais jamais semblant.), place de la Mairie dans ma ville de Saint-Leu, en face du monument en hommage aux esclaves révoltés de 1811 (voir le nota bene) . Tout en sollicitant, parallèlement, les autorités compétentes pour que soient symboliquement panthéonisés ces Héros valeureux qui ont largement contribué, au péril de leurs vies, au fondement même de notre Liberté, comme de notre Dignité, puisqu’ils sont, indéniablement, à la base du respect de notre propre existence humaine et de notre identité sociale à TOUS ; a contrario de Madame Simone VEIL, alors ministre de la Santé en 1994, qui avait choisi, en son âme et conscience (avec la contribution perfide de son ministre délégué, Philippe DOUSTE-BLAZY/voir le manifeste ci-après), de répondre à une sollicitation pourtant essentielle, purement égalitaire et basée exclusivement sur l’intérêt général, par une attitude des plus arbitraire, comme des plus autoritaire, voire des plus surprenante qui soit, en total décalage, assurément, avec son charisme habituel, en ayant préféré ordonner, de manière expéditive, un internement d’office avec camisole de force - une sorte de goulag à la sauce démocratique - de l’humanitaire / lanceur d’alerte que je représentais pourtant pacifiquement depuis plus de 2 ans ... Plutôt que d’accepter d’ouvrir un débat fondamental, hautement salutaire, non discriminatoire et de surcroît populaire (94 % des Français étant déjà favorables au dépistage systématiquement proposé/BVA-Paris Match, 7 janvier 93) !!! ??? ...   
     
    Souhaitant susciter votre intérêt pour enfin dénoncer et enrayer cette apathie délétère chronique scandaleuse, tout en rendant compte de mon action, et me tenant à votre entière disposition pour vous communiquer l'ensemble des éléments complémentaires de ce dossier, ou bien pour répondre directement et franchement à vos éventuelles interrogations, soyez assurée, Madame la Sénatrice, de ma respectueuse considération et de mon authentique dévouement sans faille.
     
    Franck Mességué                                                            
    E-mail : suzonfrk234@gmail.com 
                            
    PJ : le manifeste en question / un duplicata de ma plainte (avec les principaux soutiens à cette cause) du 20 avril 2012 … restée sans suite, au Procureur de la République de Saint-Pierre une lettre explicative - toujours quasiment d’actualité - qui résume l’essentiel des faits établis, et qui fut transmise, dans un premier temps, à Monsieur Dominique BAUDIS, alors Défenseur des droits, puis à la collaboratrice directe de son successeur, Monsieur Jacques TOUBON, Madame Aline DUPEYRON, la directrice du département recevabilité-orientation-accès au droit, mais qui, cependant, demeure toujours sans la moindre réaction sérieuse et/ou responsable de leur part … du moins, jusqu’à aujourd’hui !
     
    NB : de 8 heures à 18 h, tous les jours, le soir je me reposerai à mon domicile, qui se trouve à deux pas de là ; je tiens également à préciser par souci de sincérité, vu que je suis maintenant un jeune de 67 ans un tantinet cardiaque, que je prendrai, en conséquence, le strict minimum vital de nutriments, soit sur 24 h : 1 verre de jus de fruits avec 1 yaourt nature salé, afin de pouvoir tenir le coup aussi longtemps que possible … Puisque, tout laisse à croire, que la route sera encore bien trop longue. Surtout pour la vingtaine de contaminés à vie CHAQUE JOUR en France, et les 5 000 environ dans le monde !