• Lettre du 1er Avril 2020

     
    Et pour qu’enfin cette chaîne morbide de transmission du je-m’en-foutisme politique puisse se briser une bonne fois pour toutes !!! … Un exemple parmi tant d’autres : il y a 12 jours à Matignon, le ministre de la Santé, "le bon" Dr Olivier VERAN reconnaissait - enfin - les avantages salutaires du masque, tout en affirmant que les tests sont … maintenant tout aussi essentiels : « parce qu'il faut pouvoir casser les chaînes de transmission du virus . » / des propos qui sont - incroyablement - en totale contradiction avec ceux tenus par lui-même, le 21 mars dernier (cités ci-après) !?... 
     
    Mesdames les Soignantes, Messieurs les Soignants,                         Saint-Leu de La Réunion, le 1 avril 2020

    Personnellement, voilà pratiquement 28 ans (mai 1992) que je me bats, surtout sans faire semblant, 100 % bénévolement, corps et âme, avec, pour l’instant, 10 actions publiques à mon compteur, dont 137 jours en tout de grève de la faim nécessaires sur 5 manifestations pacifiques / Blog Franck Mességué - l’Aventurier Idéaliste, et tout cela pour essayer uniquement d’obtenir l’ouverture d’un débat purement démocratique à notre Assemblée nationale, sur une mesure éminemment salutaire de santé publique de portée mondiale : LA GENERALISATION EFFECTIVE DE LA PROPOSITION DU TEST VIH/SIDA A L’ENSEMBLE DE LA POPULATION CONCERNEE, une disposition qui est par ailleurs ouvertement et largement soutenue par l’OMS / le 30 mai 2007, ainsi que par le Conseil National du Sida, depuis son rapport spécifique sur la question du 16 novembre 2006.
     
    Comme vous le savez certainement, cette disposition fondamentale avait finalement été acceptée par l’ex-ministre de la Santé, Madame Roselyne BACHELOT, le 6 octobre 2010, qui en avait fait une priorité de dernière minute, dans son Plan national VIH/SIDA et les IST 2010-2014  (« C'est, en intention, un virage à 90 ° » avait même pu s'étonner le professeur Willy ROZENBAUM /AFP). Ainsi, cette mesure devait - normalement - à elle seule, en tenant compte d’une étude rigoureuse et chiffrée, réduire de 50 % les nouveaux cas en cinq ans : soit environ 16 000 personnes, mais aussi réduire de 20 % la mortalité liée au sida : soit environ 1000 décès de moins dans le même temps ; mais c’était malheureusement sans compter sur ses successeurs, et en particulier Madame Marisol TOURAINE, ainsi que l'ancienne ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès BUZYN, qui ont, à tour de rôle, abandonné l’idée salvatrice et responsable de concrétiser consciencieusement cette résolution !?…
     
    Actuellement, "grâce" au Covid-19 (le fléau du sida ayant un tantinet "passé de mode" !!! … Si vous me permettez cette expression tristement objective), la pression médiatique obligent, fort heureusement, nos politiques, qui se targuent souvent d’être des experts de l’anticipation, à se bouger ostensiblement pour la bonne cause. Cependant, cela ne les a pas empêché de dire un peu de tout et parfois même du n’importe quoi, dont voici seulement 3 exemples des plus significatifs et révélateurs : le Dr Agnès BUZYN, en tant que ministre de la Santé, elle, qui sait crier, maintenant, sur tous les toits qu’elle avait vu juste avant tout le monde, mais ce n'était certainement pas le 21 janvier dernier, lorsqu’elle déclarait : « L’introduction en France de cas liés à cette épisode est faible (…) », et 3 jours après, elle enfonce le clou, en persistant à se prendre maladroitement les pieds dans le tapis dont elle a le secret si bien gardé : « Le risque d’importation est modéré, il est maintenant pratiquement nul, puisque la ville de Wuhan est isolée (…) Les risques secondaires de cas importés sont très faibles. Les risques de propagation dans la population sont aussi très faibles . »son confrère et actuel remplaçant, le Dr Olivier VERAN, lui, en pleine crise sanitaire mondiale d’urgence et de confinement de surcroît, et dans le but de vouloir certainement nous rassurer du haut de son caducée ministériel bienveillant, lors de sa conférence de presse du 21 mars dernier, a mot pour mot affirmé : « Prenons un exemple très concret : en population générale, une personne qui marche dans la rue pour aller faire ses courses n’a pas besoin de masque, parce que le virus se transmet essentiellement par les mains et il faut rester plus de 15 minutes à moins d’un mètre d’une personne contagieuse pour que le risque de transmission par la bouche se développe . » A croire, tant qu’on y est, que si cette personne contaminée à de plus le vent dans le dos … ce doit être idem comme risque encouru dans le mètre de sécurité absolue !!! . Puis, après avoir lu son texte "mûrement réfléchi", il surajoute allègrement sans vergogne, en répondant à une question pertinente de Cécile LARONCE de France 3, qui relatait les avantages flagrants de la stratégie en Corée du sud basée sur le dépistage : « Un dépistage n’empêche pas la progression du virus. Un dépistage n’empêche pas la transmission du coronavirus. Un dépistage n’empêche pas une épidémie (…) Le testing systématique à l’échelle nationale, cela devient inopérant . » Et vlan ! Faire fi du fait que lorsque l’Humain a la connaissance de sa propre et gravissime contamination, grâce d’ailleurs au dépistage primordial (que ce soit pour le Covid-19 ou bien pour le VIH), il a - avant tout - une heureuse et saine tendance à vouloir bien naturellement protéger les autres, et a fortiori l’ensemble de sa Famille, tout comme ses proches / si, bien sûr, cette évidence de réaction post-dépistage, à la fois solidaire et clairvoyante, ne dérange pas trop la conception bizarroïde du sens salvateur de la prévention de Monsieur Le Ministre de notre Santé publique dans sa vision aveugle et irresponsable de la situation !!! ??? ... Et pour clore ce sottisier des inepties funestes venus de personnages qui ont pourtant accepté, en leur âme et conscience, dêtre responsables de la protection du peuple français dans son ensemble, je tiens à citer les paroles inconséquentes du Dr Martine SERVAT, Directrice de l’animation territoriale et des parcours de santé de l’ARS à La Réunion, qui, pour aller dans le sens délétère de son patron de ministre, n’a pas hésité une seule seconde à clamer haut et fort dans le JT de Réunion La 1ère, à propos du dépistage systématique des soignants, que sollicitaient pourtant avec insistance de nombreux acteurs placer en première ligne dans cette guerre contre le coronavirus : « Le dépistage systématique des soignants est non pertinent, non efficace, trompeur ! » ... 
     
    Si avec tout ça, nos décideurs n’acceptent toujours pas d’admettre avec lucidité qu’il est grand temps de véritablement réagir avec l'indignation nécessaire au rétablissement d’une logique et d’un bon sens salutaires ; alors, vous pouvez compter sur moi pour entamer ma 29ème année de lutte avec autant de détermination et d’authenticité pour servir cet idéal / réaliste qui ne pourra foncièrement que protéger, soulager et sauver des centaines de milliers, voire des millions de Vies Humaines ! 
     
    Ainsi, je propose la mesure de prévention et de protection suivante : que lorsque la généralisation des tests sérologiques (ou autres) Covid-19 sera prochainement et efficacement opérationnelle, les autorités puissent, dans le même temps, procéder aux dépistages du VIH qui, lui, sil se soigne parfaitement … lorsqu’il est dépisté à temps - mais demeure cependant inguérissable - ainsi que des hépatites B et C / cette dernière dispose maintenant d’excellents traitements ; sachant que ces virus tuent à eux seuls, chaque année près de 5 000 personnes sur notre territoire, pour plus de 2 000 000 de personnes dans le monde, dans une quasi-indifférence sociétale !!! … Pour cela, il suffira simplement de prélever une infime quantité de sang complémentaire aux personnes qui consentiront à bénéficier de ces analyses de prévention, par la connaissance de leur statut sérologique et donc de protection pour elles-même et les autres.
     
    Surtout que notre ministre de la Santé, Olivier VERAN, toujours lui, ne se contente pas de dire que des incohérences aberrantes, mais il sait mentir également, puisqu’à la même conférence du 21 mars, il a osé prétendre, avec un aplomb à décorner les bœufs, que : « La France a toujours collé aux recommandations de l’OMS ! » ; il avait certainement oublié que cette prestigieuse Organisation Mondiale de la Santé, en cœur avec l’ONUSIDA, avaient bien fini ensemble par constater, voilà donc déjà … 13 ans, en 2007 : « Que le dépistage proposé par un professionnel de santé pouvait en augmenter la fréquence, et qu’il est donc essentiel de développer l’accès au conseil et au dépistage VIH pour favoriser un diagnostic plus précoce de linfection . » . Tout en persistant dans ce jugement perspicace, il y a pas si longtemps de cela ; et là, je m’adresse directement à vous, Monsieur le Ministre de passage, soit, vous avez la mémoire trop courte, soit vous le faites décidément exprès, puisque la déclaration ci-après date seulement de 4 mois, précisément le 27 novembre 2019 : « Le dépistage est la première étape pour empêcher les décès dus au VIH (…) Les nouvelles lignes directrices de l’OMS en matière de dépistage du VIH visent à changer cela en profondeur . » Tiens, tiens, comme par hasard, cette démonstration magistrale est carrément à l'inverse de ce que vous affirmiez comme étant la Vérité péremptoire pour ne pas dire incontestable !!! . Et afin de ne pas laisser effacer d’un coup d’éponge politicarde vos allégations, pour le moins pernicieuses et trompeuses, de ce 21 mars sinistrement mémorable, en voici un rappel qui vous fera comprendre, nous l'espérons hâtivement, que ce n’est sérieusement pas déontologique / PRIMUM NON NOCERE, d’insister aussi lourdement, en cherchant à vouloir, à tout prix, nous faire avaler vos couleuvres aussi indigestes que nuisibles : « Un dépistage n’empêche pas la progression du virus. Un dépistage n’empêche pas la transmission du coronavirus. Un dépistage n’empêche pas une épidémie (…). Le testing systématique à l’échelle nationale, cela devient inopérant . » 
     
    Aussi, je me fais un peu le porte-parole des citoyens qui souhaitent, avant tout et surtout, un véritable changement de mentalité dans l'attitude de certains de nos dirigeants, en demandant aux Femmes et aux Hommes, de tous les horizons, qui prétendent être capables de représenter nos valeurs et nos espérances, d’être foncièrement, avant tout et surtout - SINCERES ET LOYAUX - ; et que tous ceux qui ont la faiblesse récurrente de n'avoir que la conviction de leurs ambitions, plutôt que d’avoir en priorité, fondamentalement et valablement, l’ambition de leurs convictions . Alors, merci infiniment à eux, de bien vouloir laisser la place à celles et à ceux qui la méritent de part leur idéal fièrement incorruptible, au nom d’une authentique considération constructive, respectueuse et réciproque entre les Êtres honnêtes de bonne volonté . 
     
    MERCI ! 
     
    Bien sincèrement, 
     
    F M
     
       Dont une plainte qui na jamais abouti  et pour cause ! Ainsi qu’une lettre qui résume l’essentiel des faits établis depuis le début de mon action, et qui fut transmise, dans un premier temps, à Monsieur Dominique BAUDIS, alors Défenseur des droits, puis à la collaboratrice directe de son successeur, Monsieur Jacques TOUBON, Madame Aline DUPEYRON directrice du département recevabilité-orientation-accès aux droits, mais qui, cependant, na jamais connu la moindre réaction sérieuse et /ou responsable de leur part (!?) Aujourd'hui, ce courrier sera, malgré tout, transmis à la nouvelle Défenseure des Droits, Madame Claire HEDON, qui saura certainement, je ne peux que le croire, être à la hauteur de la noble mission humanitaire qu’elle a acceptée de défendre avec la plus grande authenticité et la plus rigoureuse impartialité, des prédispositions indispensables qui sont les piliers fondateurs de cette autorité administrative indépendante :