• La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué (résumé)

     

    La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué

    Franck Mességué en 1993, au départ de sa croisade contre le sida, de 400 km, de Clermont-Ferrand à Paris en 13 jours

     

    NB: Passez en mode ordinateur (pour voir le menu RUBRIQUES à droite)

     

    Franck Mességué est un recordman du monde d'apnée en plongée libre et un champion de pêche sous-marine, il est également connu pour être un ardent militant de causes humanitaires, adepte de la non-violence, précurseur lucide et idéaliste, luttant pour la suppression des colorants alimentaires ou bien pour dénoncer les richesses antinomiques du Vatican. Défenseur opiniâtre (depuis 1992) de la généralisation de la proposition du dépistage du VIH à l'ensemble des populations mondiales concernées ; il a entrepris, dans l'unique but d'obtenir l’ouverture d’un simple débat démocratique à l'Assemblée nationale française sur cette mesure sanitaire d’importance, 10 actions publiques médiatisées, dont 5 grèves de la faim totalisant (pour l’instant et par nécessité … ) 137 jours de jeûne en 28 ans de combat pacifique et bénévole, la première ayant duré 60 jours en 1992, avant que le ministre de la Santé de l'époque, Bernard KOUCHNER ne se décide, enfin, à intervenir par le biais de promesses ... mensongères. Autre fait marquant, aussi surprenant que révélateur, fut également son sit-in de 122 jours, du 14 déce mbre 1993 au 15 avril 1994, face au ministère de la Santé, dirigée par Madame Simone VEIL, qui avait pour ministre délégué, Philippe DOUSTE-BLAZY ; ensemble, ils n’hésitèrent pas à « préférer » enfermer manu militari au fond d’un asile psychiatrique l’« idéaliste passionné » que représentait Franck MESSEGUE - un véritable goulag version démocratique en quelque sorte -, plutôt que d’accepter d’ouvrir un simple débat populaire et hautement salutaire sur la question !!! ??? … Né à Paris, le 2 mars 1952, sous le signe des Poissons, il est le fils de Suzanne (née JAFFEUX) originaire de Chamalières en Auvergne, décoratrice talentueuse, et de Maurice MESSEGUE, Gersois, le célèbre guérisseur des années 50/70, le précurseur de l'écologie, auteur de nombreux ouvrages, dont "Des Hommes et des Plantes", traduit en 27 langues, et créateur d'une ligne de produits à son nom. Franck Mességué vit aujourd'hui entre Saint-Leu de La Réunion et Madagascar.

    BIOGRAPHIE 

    Excepté un premier prix de dissertation, Franck Mességué fut un lycéen plus proche du radiateur que des premiers de la classe. Manœuvre à 17 ans dans la Société des Chéneaux Bigot-Renaux à Paris (grâce à son père qui était l'ami du patron), afin de s'offrir ses appareils photos pour pouvoir rentrer comme reporter pigiste au Parisien libéré, puis au journal Le Meilleur sous la houlette d'Alain AYACHE, en devenant son correspondant pour la région Auvergne. Se définissant avant tout, par nature, comme un aventurier dans l'âme, cherchant à exprimer ses idéaux par des actions non-violentes, courageuses et surtout fondamentalement utiles. C’est en avril 1976 qu’il débute sa carrière de militant, à l’âge de 24 ans, en manifestant contre la dangerosité des colorants dans notre alimentation, pour cela il entreprend une grève de la faim à Feucherolles dans les Yvelines en recherchant, entre autres, mais en vain, le soutien de la ministre de la Santé de l'époque, Madame Simone VEIL, mais seul Henri ESTINGOY, le directeur de l'Institut National de la Consommation l'encouragera en lui apportant franchement son estime pour son engagement personnel à cette cause : « (...) je partage tout à fait vos préoccupations au sujet des colorants (...) je formule donc l'espoir que votre attitude puisse aider à la mise en œuvre des solutions qui s'imposent. » ; mais faute de résultats immédiats, et manquant d'expérience dans la conduite d'une telle initiative, Franck Mességué arrêtera son jeûne au bout de 12 jours. La même année, quelque peu désillusionné par son acte humanitaire manqué, il part pour faire le tour des Etats-Unis en auto-stop, travaillant comme journalier à San Francisco, avant de réaliser un de ses vieux rêves d’enfant, devenir aide-trappeur au Québec dans l'Abitibi-Témiscamingue. De retour en France, formé par son père, il devient à partir des années 1980 phytothérapeute et conseiller en diététique. 

    Le 2 août 1984, Franck Mességué, qui a économisé la somme de huit mille francs pour assister aux Jeux Olympiques de Los Angeles qui se déroulent à ce moment là, décide de renoncer à ce voyage et fait don de son pécule à l’UNICEF ; en lieu et place, il s’installe devant le parvis de Notre-Dame de Paris, dans sa Peugeot 104 sur laquelle il a collé des affiches expliquant les motifs de sa grève de la faim, ne se nourrissant, symboliquement, que d’une pomme par jour. Il rappelle à ceux qui s’étonnent les déclarations qu’a faites à deux reprises le pape JEAN-PAUL II, citant l’Evangile selon Matthieu, le 1er  juin 1980, lors de son séjour en France devant 50 000 jeunes croyants réunis au Parc des Princes : « Si tu veux être parfait, vends ce que tu possèdes, et donne-le aux pauvres ! » Ce à quoi le Saint-Père a ajouté : « Ne sois pas un faux témoin (...) C’est une tâche fondamentale et centrale. Si nous ne sommes pas prêts à le faire constamment et honnêtement, notre témoignage risque de devenir superficiel et extérieur ». Le quotidien Ouest-France se fait l’écho de ce nouveau jeûne, le 6 août 1984 : « Une pomme évangélique: Franck Mességué, le fils du célèbre naturopathe, jeûne depuis trois jours à côté de Notre-Dame de Paris pour « aider le pape JEAN-PAUL II à tenir sa promesse de vendre les richesses du Vatican » avant de participer au développement du tiers monde. Installé dans sa petite voiture marron, Franck Mességué, 32 ans, qui ne se nourrit plus que d’une pomme par jour, explique d’un ton passionné : « JEAN-PAUL II a accepté de devenir le représentant du Christ sur terre, il doit en respecter les enseignements ». Et de rappeler les déclarations du pape lors de son voyage en France en juin 1980 : « Depuis la déclaration de JEAN-PAUL II, il y a quatre ans, 6 millions d’enfants sont morts de faim ou de maladie alors que le Vatican détient des trésors, en contradiction avec les paroles du Christ ». Le jeûneur demande que le pape « vende aux grands musées mondiaux ses richesses. Celles-ci seraient visibles par les touristes moyennant une redevance en faveur des enfants déshérités ». Au bout de neuf jours, Franck Mességué se croit moralement tenu d’arrêter son action : en effet, Hélène M., qui lui est proche, à qui il a confié uniquement la tâche de dactylographier sa correspondance, est sans cesse sollicitée au téléphone par les Renseignements généraux, qui lui demandent à la fois de ne plus aider le gréviste et de l’inciter à cesser sa grève, faute de quoi elle risque de ne pas garder longtemps l’emploi, important pour elle, qu’elle vient juste d’obtenir. Franck a commis l’erreur de communiquer à un de ses proches, en qui il avait toute confiance, et qui n’a pas respecté le secret demandé, le nom d’Hélène, ce qui a permis aux RG de remonter jusqu’à elle. Se sentant alors pleinement responsable de cette ‘‘trahison indirecte’’, il met donc fin prématurément à sa grève de la faim.

    La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué

    Franck Mességué avec son ami Jacques Mayol qui lui remet une coupe pour un record mondial en apnée avec palmes (– 62 m en 1989)

     

    Il reprend son activité de soins par les plantes et, après avoir travaillé un temps comme "consulente libero" à Pise en Italie, il décide, toujours célibataire, en février 1988, juste un mois avant de fêter ses 35 ans de partir au Kenya pour y vivre de sa grande passion, la pêche sous-marine. C'est après avoir observé un car luxueux bondé de touristes retraités en train de scruter avec nostalgie les gens s'agiter autour d'eux, qu'il choisit maintenant de vivre intensément sa vie sous les tropiques au rythme des plaisirs simples, ce dont il a toujours rêvé depuis qu'il avait lu, adolescent, " Le Vieil Homme et la Mer " d'Ernest HEMINGWAY et, par la suite, " La Ferme Africaine " de Karen BLIXEN, des récits au romantisme à la fois courageux, noble et désintéréssé. Il s'installe dans une petite auberge à Mnarani du côté de Kilifi, en troquant le fruit de sa pêche pour subvenir à ses besoins. De passage en Auvergne pour se réapprovisionner en matériel de plongée, il en profite pour battre, à la piscine Pierre de Coubertin (l'auteur de la devise préférée de Franck : Voir loin, parler franc, agir ferme) de Clermont-Ferrand, suite à un pari motivé par la sortie du film "Le Grand Bleu" de Luc BESSON, le record du monde d'apnée statique, en un temps de 4'30, qui le fera rentrer dans le Livre du Guinness des Records.  

    Après son périple au Kenya, il s'installe à La Réunion en 1989 où, parallèlement à son métier de naturopathe, il continue de vivre de sa pêche en apnée, en faisant du porte-à-porte pour négocier son poisson, pratique tolérée à l'époque, et cela pendant trois bonnes années ; capturant ses prises à des profondeurs allant jusqu'à 44 mètres. Cette activité assidue, à raison de 5 à 7 heures par jour, lui permet de s'attaquer désormais au vieux record du monde du célèbre Jacques MAYOL(61 mètres en poids constant, réalisés en 198I, avec l'aide uniquement des palmes, tout en conservant son lest dans l'aller comme dans le retour) ; après seulement 11 essais spécifiques en tant que "profondiste" (apnéiste allant au-delà des 40 mètres) et en moins de 3 mois d’entraînement, Franck Mességué réussit à devancer d’un mètre, 8 ans après la performance de son mentor ; avec, en prime, la reconnaissance officielle de l'Association Internationale pour le Développement de l'Apnée.  

    LE COMBAT DE SA VIE : LA GENERALISATION MONDIALE DU DEPISTAGE DU VIH PROPOSE AUX PERSONNES CONCERNEES

    « Si l’homme employait tout son génie à réparer ses erreurs, pour ne pas les commettre, l’humanité serait depuis longtemps heureuse »   George Bernard SHAW 

    1ère action " Un record d'endurance contre un virus endurant " au profit des associations de lutte contre le SIDA à La Réunion, 9/10 mai 1992.1ère action, 9/10 mai 92 : « Un record d’endurance contre un virus endurant », avec pour slogan « SAVOIR POUR PREVOIR », au profit des associations de lutte contre le SIDA à La Réunion.  

    Au début des années 90, le scandale du sang contaminé fait la une des journaux. Il est donc fréquemment question, dans les débats souvent véhéments des milieux associatifs et politiques, du dépistage systématique du VIH. Une polémique trouble ces discussions : faut-il l’imposer en le rendant obligatoire, ou bien, tout simplement, le proposer aux patients se sentant concernés ? Franck Mességué a connu le mouvement de libération sexuelle des années 60/70 et a bien profité de cette ambiance insouciante, « En toute réciprocité heureuse ! » précise-t-il, bien qu'il ait contracté, dans son parcours de jeune séducteur épicurien, une dizaine de blennorragies, tout en soulignant que « cela n’était pas vraiment grave, puisque cette sorte d’angine mal placée se déclare après 3 jours et se soigne efficacement dans le même temps ! En revanche, le sida peut se manifester plus de 10 ans après une infection par le VIH, mais pendant toute cette longue phase de latence, vous demeurez potentiellement et dangereusement contaminant. ». Se sentant impliqué et chanceux de ne pas avoir été contaminé dans sa vie de libertin par le VIH, il décide de défendre avec conviction la cause du dépistage proposé pour les personnes concernées, exclusivement.   

    La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué (résumé)

    Au 60ème jour d’une grève de la faim pour obtenir, en vain, l’ouverture d’un simple débat sur la généralisation du dépistage du VIH, le 10 décembre 1992, juste avant que le ministre de la Santé Bernard Kouchner ne réagisse … enfin !

     

    Alors, dans le but d’alerter l’opinion publique sur cette carence pernicieuse dans la politique de prévention du sida, et soutenu principalement par l’association de lutte contre le sida, l’ARPS, à La Réunion, du Dr de GEETER et sa femme, qui sont plutôt favorables à l’aspect essentiel de cette mesure et en dépit de certaines réserves, « aussi incompréhensibles qu'irresponsables » selon lui, de la part du Dr Catherine GAUD qui dirigera par la suite l’association RIVE, il tente pour la première fois, à plus de 40 ans, un record de plongée d'endurance sur 10 km, avec des plongées profondes successives (en réalisant un minimum de 18 mètres à chaque descente) sur 24 heures. « Ce fut, avant tout, un record  d'endurance contre un virus endurant. Sur ma combinaison était inscrit le slogan éloquent " SAVOIR POUR PREVOIR " : savoir si l'on est séropositif pour pouvoir éventuellement se soigner et ainsi prévoir de se protéger tout en protégeant également les autres ». Le journal local, Le JIR, titre, le 11 mai 1992 : « Franck Mességué a réussi son pari fou, 234 plongées, 10 km d'apnée en 24 heures dans l'océan, à une moyenne de 21 mètres de profondeur pour sensibiliser contre le sida ». Pour la petite histoire sportive, de nombreux prétendus ‘‘spécialistes ’’ de plongée en apnée avaient prévu un échec retentissant, affirmant péremptoirement qu’une telle tentative ne pouvait qu’être humainement impossible ; d'ailleurs sa performance demeure toujours d'actualité 25 ans après (mars 2017). 

    De retour en métropole, il cherche à s’informer plus amplement sur les éventuels progrès de la prévention dans ce sens et, le cas échéant, sur les possibilités de mise en place d’un élargissement du dépistage, qui devrait logiquement, pour être véritablement efficace, s’adresser à TOUS, sans la moindre discrimination. Cette proposition systématique n’était alors en vigueur que pour les femmes enceintes et les futurs conjoints (cette dernière disposition fut même abrogée le 20 décembre 2007). Il prend contact avec les diverses associations et les organismes d’Etat luttant contre le sida : Aides, Act-Up, Le Conseil National du Sida, l’Agence Française de Lutte contre le Sida …, afin de connaître leur position de fond face à cette mesure éminemment salutaire. Mais les réponses qu'il reçoit en général ne sont objectivement pas à la hauteur de l'enjeu ; puisque le dépistage proposé, à l’instar du test obligatoire, n’aurait, pour la très grande majorité d'entre eux, aucune fonction réellement préventive !?…

    D’abord, Madame HÉRITIER-AUGIER, présidente du Conseil National du Sida, avait réagi négativement, le 4 mars 1992, devant le sondage montrant que 83 % des Français étaient favorables à un dépistage obligatoire du Sida : « Ce n‘est pas parce que X % des Français croient que Dieu existe, que l’on a fait la preuve de l‘existence de Dieu ». Il faut savoir que le même CNS, dans son important rapport spécifique du 18 décembre 1991 « Sur le dépistage obligatoire ou systématique du VIH », avait déjà affirmé sans ambages : « Le caractère obligatoire contrarie l’approche médicale du consultant et entrave le suivi thérapeutique et psychologique (...) Le rapprochement fait avec d’autres formes de dépistage, notamment de la syphilis, lors de l’examen prénuptial, est fallacieux. D’une part il concerne un mal qui peut être soigné. D’autre part, il n’existe pas de preuve que le dépistage systématique de la syphilis ait limité sa transmission. » 

    L’association AIDES ira encore plus loin dans ses propres revendications en publiant dans Contacts n° 13 de mars-avril 1993 : « Le gouvernement doit affirmer que le dépistage systématique et obligatoire et que la criminalisation de la transmission par rapport sexuel vont à l’encontre des libertés individuelles et sont indignes du pays de la Déclaration des Droits de l‘Homme. De plus le gouvernement a pour devoir de faire comprendre aux citoyen(ne)s que ces idées sont en contradiction avec une politique de prévention efficace fondée sur la responsabilisation et le respect des personnes. » 

    ACT-UP, dans sa délibération du 14 décembre 1993, restera vaguement dubitatif : « Le dépistage systématique n‘est valable que s‘il y a des conseils donnés avant et après le résultat. Si une personne refuse la proposition, que devient-elle ? C‘est une hypocrisie pour pouvoir arriver au dépistage obligatoire. »

    Ainsi, devant tant d’incohérences normalement incompatibles avec une prévention raisonnée et de bon sens, Franck Mességué, homme de convictions, poussé de surcroît par sa nature foncièrement idéaliste et combative, et partant du principe que - TOUT SIDEEN FUT TROP SOUVENT UN SEROPOSITIF QUI S’IGNORAIT - ressentira alors le besoin impérieux de se lancer corps et âme, au sens propre comme au sens figuré, dans une autre bataille contre une nouvelle indifférence délibérément organisée et aux conséquences désastreuses avérées.

    Sur les 150 000 personnes qui vivent avec le VIH en France, 30 000 à 50 000 méconnaissent toujours leur séropositivité ; leur nombre est quasiment le même en 2016. De surcroît, 70 % des 6 000 à 7 000 nouvelles contaminations annuelles sont liées à cette ignorance de leur statut sérologique, permettant ainsi la progression de l’épidémie du VIH ; de plus, 1/3 d’entre elles sont dépistées trop tardivement : lorsque l'infection s'est déclarée. En outre, la découverte tardive de l’infection augmente considérablement le risque de décès, et l’infection par le VIH est encore responsable, plus ou moins directement, d'environ 1 000 à 1 400 décès par an.

    Pourtant, voilà près de 25 ans que cette situation antinomique est connue et régulièrement dénoncée par une large partie de la communauté scientifique : « Un séropositif sur deux est une bombe à retardement qui s’ignore ! », s’exclamait déjà, en janvier 1993, le Professeur Jean-Marie ANDRIEU; quant au Conseil National du Sida, il a affirmé avec la plus grande clarté, deux ans auparavant, toujours dans son fameux rapport du 18 décembre 1991 : « C’est dans le respect des Droits de l’Homme et dans la responsabilisation des acteurs et de toute la population que se conduit de la meilleure manière possible toute politique de prévention et de Santé publique », tout en admettant formellement dans sa conclusion : « L’utilité thérapeutique de connaître une séropositivité par le VIH (sic) ne peut être discutée : les traitements précoces peuvent allonger la période sans symptômes de l'infection. »

    Normalement, dès ce moment là, comme le dépistage médicalement proposé était considéré comme utile par 94 % des Français et accepté par 99 % des femmes enceintes, il aurait dû devenir la règle d’or de la prévention s'appliquant à l'ensemble des citoyens concernés ; ce qui explique parfaitement la réaction du célèbre Professeur Léon SCHWARTZENBERG qui ne put que s'indigner devant ces affligeantes lenteurs administratives (pour ne pas dire négligences !!! ) : ⪻ Et c'est, d'ailleurs, à ce moment-là que la moitié des femmes séropositives enceintes découvrent leur maladie. La moitié ! Il était donc ignoble de ne pas leur proposer de dépistage . ⪼ Le Nouvel Observateur du 21 octobre 1993. Malheureusement - une fois encore /une fois de trop - c’était sans compter sur les incompétences, l’attentisme, voire " le je-m’en-foutisme " qu’entretient insidieusement une certaine cohorte "d’Irresponsables Responsables " (mais toujours non coupables) de la politique de notre Santé Publique.

    Rien n’y fera ... ou presque ! 

    C'est d'ailleurs pour cette raison primordiale que Franck Mességué prit donc la ferme décision de défendre avec une réelle détermination cette cause vitale, en se lançant corps et âme dans de multiples et diverses actions, dont principalement :

    Une grève de la faim résolue et contrôlée médicalement, qui débute le 12 octobre 1992 devant le Palais de l’Europe à Strasbourg, pour se terminer 60 jours plus tard aux portes du Ministère de la Santé. Avec pour résultat appréciable cet acte salvateur - mais terriblement tardif - de la part du ministre, Bernard KOUCHNER, qui, le jour même où il se décida (enfin !) à agir pour que le gréviste de la faim interrompt son action, ce 10 décembre 1992, adressa simultanément à tous les médecins de France - par simple circulaire - une recommandation expresse pour les inciter à "retrouver" les dossiers de leurs patients qui furent transfusés entre 1983 et 1985, afin qu'ils puissent dorénavant leur proposer un dépistage du VIH ... plus de 7 ans après la loi du 1er août 1985, rendant obligatoire le test pour tous les donneurs de sang. Ni vu, ni connu, cet énième scandale sanitaire fut soigneusement étouffé dans l'œuf !?...

    Suivie d'une "croisade " en forme de marche de 400 km en 1993, de Clermont-Ferrand à Paris, avec une croix de 30 kg sur le dos, qu'il remet, les pieds meurtris, 13 jours après son départ, au ministère de la Santé, accompagnée d'un dossier complet sur les bienfaits de la généralisation du dépistage proposé du VIH, à l'attention de Madame Simone VEIL, qui restera cependant insensible à son geste et à sa cause puisqu'elle ne lui accusera jamais réception ! ? ... 

    La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué

    Sit-in de 4 mois face au ministère de la Santé, de décembre 1993 à avril 1994

     

    Un sit-in de 122 jours, la même année, toujours face à notre ministère de la Santé, dirigé toujours par Simone VEIL et son ministre délégué, Philippe DOUSTE-BLAZY .

    Une 3ème grève de la faim en 2010, de 21 jours, sur le parking jouxtant la Préfecture de St-Denis à La Réunion. 

    Il persiste une fois encore, en 2013, en refusant de se nourrir pendant 17 jours en plein été tropical, devant la délégation du Défenseur des Droits à St-Pierre de La Réunion, où il faillit bien cette fois-ci, à 61 ans, y laisser sa peau dans cette huitième épreuve à vouloir coûte que coûte défendre cette mesure de santé publique qui lui est chère.   

    Malgré la franche et solide détermination de son engagement personnel des plus généreux (il n'a jamais solliciter, par principe de fond, ni voulu accepter le moindre don), Franck Mességué, qui n’a toujours eu qu’un seul but en tête : obtenir l’ouverture ... au plus vite, à l'Assemblée Nationale, d’un débat spécifique et exhaustif sur cette disposition vitale, qui, il en est parfaitement persuadé, compte tenu des éléments probants précités, aboutira à sa ratification démocratique, n'obtiendra jamais pour autant sa concrétisation effective par nos responsables sanitaires "indécrottables" dans leur inertie chronique : ils continueront donc -- et continuent toujours (mars 2017) -- à demeurer quasiment dans une expectative pernicieusement pourrissante ... 

    Dans son parcours il a connu d’incroyables démêlés avec les autorités sanitaires, comme avec Bernard KOUCHNER qui attendra donc le 60ème jour de sa première grève de la faim pour intervenir, et pour la simple raison que cela faisait, avant tout, désordre devant son ministère ; quelques jours auparavant à Strasbourg, le siège du Conseil de l’Europe, lui, n'avait pas même levé le petit doigt, se limitant, en guise de réponse digne de ses prérogatives, le 39ème jour de cette même grève de la faim et " voyant qu’il bougeait encore ", à contrôler médicalement s’il ne trichait pas dans son entreprise humanitaire de privation extrême, pour, finalement, lui intimer de se faire hospitaliser immédiatement ... leurs examens ayant bien confirmé un taux d'acétone significatif éminemment alarmant. 

    Quant à Simone VEILet son ministre délégué à la Santé, "le bon" Dr Philippe DOUSTE-BLAZY, ils ont préféré ‘‘en cœur ’’carrément jeter dans les oubliettes d'un asile psychiatrique le croisé du sida, au lieu d’assumer correctement leur devoir en acceptant raisonnablement d’ouvrir un simple débat de fond sur l’utilité de cette mesure sanitaire ; à défaut, pour le moins, de pouvoir démontrer son inefficacité à protéger, soulager et sauver des vies humaines ... à croire qu'il leur était tout bonnement impossible d'admettre les bienfaits manifestes d'une telle disposition !!! ??? . « Un véritable goulag à la sauce démocratique, ni plus ni moins ! » dixit Franck,  d’où il se fera alors taxer insidieusement "d’idéaliste passionné '' afin de pouvoir maladroitement justifier cette incarcération déguisée. DOUSTE-BLAZY avait su pourtant promettre sans équivoque aux Français, sur la chaîne TF 1, peu de temps avant de commettre cet acte d’une époque révolue : « Je ferai tout ce qui est possible pour stopper la progression du sida ! ». Ce qui ne l’empêchera d'ailleurs pas de satisfaire son ambition suprême et de devenir, malgré ce croc-en-jambe révélateur de son sens aigu de la liberté de penser … autrement, le président d’Unitaid et le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations unies !!! 

    Xavier BERTRAND, en décembre 2006, alors ministre de la Santé, se contentera, lui, d’un aimable effet d’annonce sans aucun lendemain effectif . 

     17/18 JUILLET 2010

    La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué (résumé)

    Le soutien affiché, - quoique tardif - des scientifiques, dont le célèbre professeur Gilles PIALOUX, comme des associations, au principe de la mise en place effective de la généralisation salutaire du dépistage systématiquement proposé du VIH /cliquer sur l'image pour l'agrandir/

     

     

    La Vérité sur la Vie et les Combats Humanitaires de Franck Mességué

    Franck Mességué fut interné d'office 26 jours dans un hôpital psychiatrique sur ordre des ministres Philippe DOUSTE-BLAZY et Simone VEIL

     

    Roselyne BACHELOTfera au moins l’effort, un mois jour pour jour, après le jeûne volontaire de Franck devant la Préfecture de la Réunion, de promouvoir effectivement, dans le cadre du Plan SIDA 2010/2014 les avantages salutaires de la généralisation de la proposition du test VIH. Ce rajout de dernière minute provoquera même chez le Professeur Willy ROZENBAUM, le président du Conseil National du Sida, cette étonnante réflexion : « C’est un virage à 90 ° ! ». Mais lorsque ce plan passera entre les mains politiques de Marisol TOURAINE, elle, n’hésitera pas à élaguer largement ce dispositif peu de temps après sa nomination au ministère de la Santé !? ... Ensuite elle prendra "tout son temps" pour accepter, 2 ans 1/2 après le feu vert du CNS, la vente des autotests sans prescription, qui pouvait pourtant - d'après les propres prévisions pertinentes du ministère de la Santé et après tout ce temps perdu - permettre de découvrir - chaque année - l'infection touchant 4 000 personnes qui l'ignoraient, tout en épargnant, dans le même temps, à 400 nouveaux individus d'être contaminés par le VIH. Au point de se demander également si la prépondérance du marché français (l'exclusivité ayant été réservée à un fabricant de l'Hexagone) n'était pas avant tout et surtout la raison principale, une fois de plus, de ce funeste retard fatalement pernicieux ??? !!! ... 

    Toutefois, Franck Mességué recevra les soutiens appuyés de plusieurs personnalités influentes, dont les Professeurs Jean-Marie ANDRIEU, Bernard DEBRE et Léon SCHWARTZENBERG, les anciens ministres René MONORY et Jean-Pierre FOURCADE, l'ancien président Valérie GISCARD D'ESTAING, ainsi que d'Alain JUPPE qui lui accordera chaleureusement ses félicitations pour son « combat courageux qui doit naturellement être relayé efficacement par les pouvoirs publics, s’agissant, comme vous le soulignez, d’un des plus graves problèmes de santé publique de ce siècle. », ou encore de Laurent FABIUS qui, en pleine affaire du sang contaminé, approuva spontanément son idée sans la moindre restriction, bien au contraire : « Il me paraît nécessaire, en effet, parallèlement au devoir d’information publique de la population sur les manières de prévenir la propagation du sida, de faire des médecins les pivots de la généralisation du test du dépistage. La proposition devrait être systématique. » ; malheureusement, ce dernier ne poursuivra d'aucune façon cette approbation formelle, puisqu’il ne s’engagera jamais dans la concrétisation réelle et probante de sa parole politique.  

    En définitive, le Conseil National du Sida (en admettant par la force des faits, les nombreux retards accumulés dans la prévention), l’ONUSIDA, l’OMS, la Haute Autorité de Santé, ont cependant donné implicitement raison à Franck Mességué pour que s’ouvre UN RÉEL DÉBAT - SPÉCIFIQUE - SUR LA GÉNÉRALISATION DU DEVOIR D’INFORMATION ET DE LA PROPOSITION DU TEST VIH par l’ensemble des médecins, afin de pouvoir - au plus vite - « limiter » cette énième attente pernicieuse par son APPLICATION EFFECTIVE ET ENTIÈRE . Sachant de surcroît que cette mesure fut expressément reconnue d’utilité publique le 6 Octobre 2010, par la ministre de la Santé Roselyne BACHELOT, et qui, aurait déjà dû/pu de toute évidence, d’après les propres prévisions des experts de son ministère, réduire de 50 % en 5 ans le nombre de contaminations par le VIH, tout en diminuant, dans le même temps, de 20 % la mortalité des sidéens ...

    EN ATTENDANT, POURQUOI, POURQUOI, APRES UN QUART DE SIECLE ... DEJA ! (MARS 2017), DES DIZAINES DE MILLIERS DE VICTIMES FURENT CONTAMINEES ET D’AUTRES SONT MORTES, SANS QU’AUCUNE PERSONNE - DITE RESPONSABLE - N’AIT VRAIMENT VOULU REAGIR OBJECTIVEMENT AVEC LE PRAGMATISME NECESSAIRE ET SURTOUT HAUTEMENT SALUTAIRE ?  

    LE TOUT, DANS L'INDIFFERENCE INQUIETANTE ET LE MÉPRIS DELIBERE DE LA LIGUE DES  DROITS DE L'HOMME COMME DU DEFENSEUR DES DROITS, AU SERVICE INIQUE DU POUVOIR  

    Heureusement que notre homme, nullement découragé par tant d’hypocrisie, d'imprévoyance et de négligences nuisibles, bien au contraire, demeure viscéralement animé par un credo essentiel à ses yeux : « Surtout ne jamais faire semblant ! » pour pouvoir poursuivre, plus que jamais, son combat humanitaire jusqu’au bout du bout ... 

    « Gouverner, c’est prévoir. (…) Le plus grave serait de garder une mentalité attentiste et de laisser pourrir les situations. Cette affaire [le drame des transfusés contaminés] montre bien combien cela peut être dangereux. Peut-être faut-il remettre en cause les processus d’information et de décisions au niveau de la santé publique.»

    Professeur Luc MONTAGNIER, Le Figaro, 20 novembre 1992  

    CITATIONS :

    « Je suis vraiment parfait, puisque j’ai même des défauts ! » 

    « La faiblesse récurrente chez les politiques, c’est qu’ils ont trop souvent la conviction de leurs ambitions plutôt que d’avoir, normalement, loyalement et avant tout, l’ambition de leurs convictions. »

    « Acquérir un caractère loyal, en cœur et en couilles, ça vous fait progressivement un Homme. » 

    « Abandonner, c’est s’abandonner ! »

    « Dire je t'aime c'est facile, mais " faire je t'aime" révèle vraiment l'authenticité du cœur. »

    « Il faut choisir : toujours paraître pour disparaître ou vouloir être pour apparaître. »

    « L'Enfer se résume en cinq maux : l’orgueil, la jalousie, l'hypocrisie, la cupidité, la lâcheté. Il n'y a qu'un seul remède pour vraiment s'en débarrasser : une bonne dose de sincérité mélangée à un grand verre de loyauté. Ainsi, nous pourrons mettre, à coup sûr, un pied au Paradis»

    NB IMPORTANT : Par ailleurs, Franck Mességué tient vivement à réfuter toutes les allégations colportées par certains réseaux sociaux, à propos de sa véritable relation avec Claude VORILHON, le fondateur de la secte raëlienne : ils ont été de très bons amis de jeunesse, c'est vrai, leur passion commune pour Jacques Brel* les ayant réunis ; APRES, il faut le souligner une bonne fois pour toutes, que VORILHON n'aperçoive des soucoupes voler dans le ciel des volcans auvergnats, ne se mette à discuter avec des extra-terrestres et à voyager avec eux, via " leur planète divine"... Franck Mességué, qui n'a surtout rien à voir avec Raël, n'est donc en aucune façon à la base de son histoire, de près comme de loin, comme l'avait si sottement affirmé, à l'origine, un seul et unique article paru dans Le Progrès de Lyon en janvier 2003 (le même qui, dans sa foulée diffamante, tentait aussi insidieusement de faire passer son père, Maurice Mességué, pour un mystificateur), et qui, comme par un fait exprès, refait constamment surface en première ligne (?) comme une mauvaise herbe rendue indéracinable .

    * "Le Génie des génies de la chanson française" dixit Franck

     

    ➤ Cette lettre ci-après, tout comme les autres documents authentiques suivants - qui dénoncent une situation sanitaire scandaleuse, alarmante et toujours persistante - furent régulièrement adressés, au fur et à mesure, depuis … 1992, aux autorités scientifiques de France et à lensemble de nos politiques de tous bords : députés comme sénateurs . Ce dossier, conjugué avec ma propre action humanitaire de plus de 28 ans, ont été également portés à la connaissance des autorités administratives et autres associations concernées, ainsi qu’à la presse nationale dans sa quasi-globalité, sans avoir pour autant suscité, pour l’instant et à quelques exceptions près, de réelles réactions sérieuses et /ou responsables de leur part ; il est évident que cette disposition progressiste requiert un solide courage intellectuel pour oser affronter, en toute objectivité, certaines vérités qui dérangent une certaine bien-pensance confortable, au déni dangereusement encroûtant !!!… 

     

    3 novembre 2020 - Quand notre ministre de la santé Olivier VERAN se met hypocritement en ébullition orgueilleuse, dans l'hémicycle même de l'Assemblée nationale, pour vraiment que dalle !!!

     

     
    Bonjour,                                Saint-Leu de La Réunion, le 6 novembre 2020
     
    Pour vous en convaincre, il vous suffit simplement de relire mon courriel du 1er avril dernier / lien cliquable ici / : en bas de page / phrases surlignées en rouge : car faire semblant, c’est tellement plus facile que d’affronter - en authentique responsable - la Vérité qui dérange cet état d'embourgeoisement croupissant !!! ... 

    Puisqu’abandonner une idée aussi salutaire ... ce serait foncièrement s’abandonner soi-même !
    Toujours disponible,
    Bien sincèrement,
    Franck Mességué / 0692865934
     

    NB : surtout que le mercredi 28 octobre, sur BFMTV, un reportage à Wuhan (berceau de l’épidémie) nous révélait également que - depuis leur stratégie de généralisation effective du dépistage de la Covid-19, plus de 11 millions de personnes ont été testées en seulement 10 jours, pour 6 nouveaux cas de contamination en mai . Résultat flagrant : depuis, déjà, plus de 6 mois, la vie a pu reprendre normalement son cours comme avant - Et idem récemment pour Qingdao : ici, ce sont 9 millions de personnes en 5 jours qui ont été dépistées par des tests RT-PCR avec leur nouvelle machine Flash 20 / qui donne des résultats groupés en 30’ . Et pour seulement 3 cas asymptomatiques au départ . Une stratégie exemplaire à suivre au plus vite, ne pensez-vous pas !? Sans parler du coût final de cette mesure radicalement efficace, qui est assurément incomparable avec notre politique à tout-va ... 

    ♦︎ Duplicata du courriel le plus récent
     allant spécifiquement dans ce sens, adressé, depuis le 22 octobre 2020, à nos scientifiques / députés - sénateurs / autorités administratives / associations :
     
      Le délit d'abstention de vouloir combattre un sinistre avéré, plus l'absence d'application des recommandations de l'OMS = perseverare diabolicum                                  
    Vous trouverez ci-après des faits probants, des documents officiels et des arguments de bon sens qui ont pour but, en toute objectivité, du moins je l’espère, de démontrer que « le délit d’abstention de vouloir combattre un sinistre avéré /article 223-7 du Code pénal », avec, de surcroît, l’absence d’application des recommandations de l’OMS (dont 9 plaintes ont été récemment retenues, avec des perquisitions à la clef, visant l’actuel ministre de la Santé Olivier VERAN, l’ex-Premier ministre Edouard PHILIPPE, l’ex-ministre de la Santé Agnès BUZYN, etc. pour leur gestion de la Covid-19) ne datent malheureusement pas d’aujourd’hui … J'en veux pour preuve manifeste mon histoire personnelle au profil quelque peu atypique : en tant que citoyen / lanceur d’alerte, voilà plus de 28 ans que je me bats authentiquement, corps et âme, et à 100 % de manière bénévole, afin de renforcer la prévention du VIH /sida, avant tout par le dépistage (1ère action publique /10, par un record d’apnées successives sur 24 h, avec pour slogan sur ma combinaison : SAVOIR POUR PREVOIR, les 9/10 mai 1992, au profit d’associations locales ➣ blog à mon nom: étant donné que 25 000 à 30 000 personnes ignorent toujours leur séropositivité en France, dont 1/3 à un stade avancé de l’infection. En essayant par tous les moyens démocratiques possibles (dont 5 grèves de la faim totalisant pas moins de 137 jours de jeûne) d’obtenir uniquement l’ouverture d'un simple débat de santé publique sur la généralisation effective de la proposition du test VIH à la population concernée, au sein de l’hémicycle de notre Assemblée nationale. Mais, en quasiment trois décennies de lutte constante, rien de véritablement significatif n’a cependant bougé d’un seul iota ; à se demander POURQUOI ce délit d’abstention de vouloir combattre un sinistre, avec également l'absence caractérisée d’application des recommandations de l’OMS (puisque, face à cette pandémie de 40 ans qui a fait plus de 75 millions de victimes, pour 33 millions de personnes décédées depuis le début de l’épidémie - le dépistage du VIH est finalement devenu une priorité absolue pour l’Organisation Mondiale de la Santé - /voir courriel du 1 avril 2020 en PJ ) n’ont jamais été expressément retenus, jusqu’à maintenant, contre nos politiques et décideurs responsables de cette inaction fortement préjudiciable, qui ont fait ostensiblement preuve, dans ces circonstances, d’un gravissime manquement à leur devoir implicite de protecteurs de la nation dans sa globalité !!! ??? … Pourtant, là aussi, les avantages vitaux de cette mesure primordiale furent explicitement et officiellement admis … après 8 ans de sordides tergiversations /via laffaire du sang contaminé : dans un premier temps, par le Conseil national du sida en personne - le 18 décembre 1991 - dans un rapport spécifique adressé au ministère de la Santé : « L'utilité thérapeutique de connaître une séropositivité par le VIH ne peut être discutée : les traitements précoces peuvent allonger la période sans symptômes de linfection ». Cette disposition préventive à cette uniformité de traitement a également reçu de nombreux soutiens formels, dont ceux d'éminentes personnalités du monde scientifique comme politique que j’ai tenu à solliciter tout au long de mon combat pour cette cause : à l’instar des Professeurs Bernard DEBRE et Jean-Marie ANDRIEU, Alain JUPPE ou encore Laurent FABIUS ... (voir les copies de leurs courriers dans la plainte au procureur de la République  en bas de page). Malheureusement, comme vous pouvez le constater clairement, ce sont les négligences, le n’importe quoi, le je-m’en-foutisme et le déni organisé, quasi institutionnalisés, qui l’ont emporté haut la main - une fois de plus, une fois de trop - au détriment, forcément, du droit à la sécurité et à la protection de la population générale. Ainsi, cette situation invraisemblable et hautement pernicieuse risque de durer encore plusieurs décennies, si personne de conscient et de correctement responsable n’y met le holà le plus hâtivement possible !!! 

    Il est donc indispensable que cette inertie aberrante, discriminatoire, chaotique et malsaine, ainsi que - la politique récurrente du deux poids, deux mesures - prônée par un grand nombre d’incapables patentés : d'une pandémie à une autre (au gré, surtout, de la médiatisation en cours, qui les oblige "à sortir du bois" avec bien souvent un opportunisme et un mimétisme affectés de circonstance) puisse cesser une bonne fois pour toutes . Et que le sens réel des responsabilités équitables et des convictions judicieuses fassent enfin réagir nos décideurs /au sens large du terme, avec le courage, la dignité et la détermination indispensables aux authentiques serviteurs de l’intérêt général, qu'ils se targuent d’être, en tant que soi-disant fidèles défenseurs de la République, qui exige d'eux, par définition, d’être, avant tout, à la hauteur d’idéaux honorables et de valeurs d’égalité de droit à la prévention et aux soins, qui incarnent par excellence, dans un bel élan de sincérité, toute sa noblesse démocratique . Puisque ce n’est véritablement pas par hasard que la classe politique a perdu progressivement LA CONFIANCE des Français à plus de 70 % - qui est pourtant, fondamentalement, le ciment incontournable de la cohésion sociale - pour 40 % qui éprouvent jusqu’à de la méfiance et 28 % qui ressentent même du dégoût pour la politique dans son ensemble, pour seulement 11 % de nos concitoyens qui font encore confiance aux partis politiques, et la situation ne fait malheureusement qu'empirer (au point de se demander si le seuil d’alerte n’est pas déjà atteint !?…) / Sondage Opinion Way pour Valeurs Actuelles, janvier 2017
    Très honnêtement, je tiens aussi à témoigner que jamais, pendant tout ce temps gâché (surtout pour les contaminés qui doivent leur infection à cette léthargie politicienne chronique, contradictoire et inéquitable des sempiternels petits pas bancals) de lutte humanitaire et exclusivement pacifique ininterrompue, personne, oui, absolument personne, n'a jamais su ou pu présenter la moindre preuve scientifiquement responsable, ou ne serait-ce qu’une simple démonstration équilibrée et clairvoyante, attestant que - SI - cette mesure avait été mise en application à temps … voilà donc plus d’un quart de siècle, elle n’aurait pas pu ou dû, normalement, épargner des dizaines de milliers de vies humaines de ce terrible fléau.
    Pour terminer, je souhaite brièvement parler de mon internement arbitraire de 26 jours, du 15 avril au 10 mai 1994 (détaillé en PJ dans le courriel du 1 mai 2020), que m’ont fait cruellement subir le Dr Philippe DOUSTE-BLAZY et Madame Simone VEIL, lors d’un sit-in de 122 jours (ma 4ème action en 2 ans) face à notre ministère de la Santé et de l'Action Humanitaire dont ils avaient la charge en tant que ministres en exercice : « Certainement pour me remercier gentiment d’avoir, une fois encore, osé insister, en les implorant 24 h/24 depuis 4 mois, pour quils finissent par assumer tout simplement leur boulot, en acceptant douvrir au plus vite un débat médicosocial sur la prévention du VIH par le dépistage, qui risquait immanquablement de faire du bien…voire trop de bien. Un véritable goulag à la sauce démocratique !!! ». En affirmant sincèrement que personne n’a jamais démenti une semblable allégation : qui pourrait aisément paraître inimaginable, tant l’ignominie d’un tel comportement avilissant demeure aux antipodes de la liberté d'expression !!! ??? … Aussi, cet acte délibérément et foncièrement anti-républicain, d’une fourberie malveillante et surtout méprisante, n’a, pour l’instant, jamais été dénoncé par la moindre association dite "humanitaire", ni même par "la prestigieuse" Ligue des Droits de l’Homme … bien au contraire même ! (voir le récit ubuesque sur mon blog)Ou encore par le Défenseur des Droits, qui n’a fait que lâchement botter en touche à chacune de mes sollicitations dans ce sens. Une pure mascarade déloyale en quelque sorte, qui, à dire juste, ne fait qu’insulter nos valeurs de liberté et de respect mutuel !!! 
    Toujours disponible pour répondre à vos éventuelles questions ou vous apporter des renseignements complémentaires, et dans l’attente de savoir si vous êtes personnellement en accord ou bien en désaccord avec la mise en place effective d’une telle mesure de santé publique, veuillez croire, … , à l’assurance de ma considération distinguée et de ma volonté la plus franche à poursuivre ce combat salvateur pour aider à ce que « les Lumières ne séteignent jamais en France ! »

    Franck Mességué / 0692865934 / Blog F M - L’Aventurier Idéaliste                                « La raison et la liberté sont incompatibles avec la faiblesse . »  VAUVENARGUES
    NB : afin de dissiper tout malentendu, je tiens à préciser que si je fus un militant de base au RPR comme à l’UMP, principalement par affinité avec Alain JUPPE, jusqu’en février 2008, je n’adhérerai jamais plus à aucun parti, quel qu’il soit, de toute mon existence. Et que mon unique objectif fondamental demeure toujours, après presque 30 ans de combat - surtout sans faire semblant - l’obtention vitale de ce minimum démocratique, que représente la concrétisation officielle d’une délibération spécifique sur un projet de loi de santé publique universelle, qui ne pourra donc que protéger, soulager et sauver du VIH un nombre considérable de citoyens du monde.
    P J quelques courriels explicatifs récents, avec une lettre de 2014 au Défenseur des Droits, qui reste cependant quasiment d’actualité, et qui résume au plus juste l’ensemble du combat en question :  
    ♦︎  A la presse / au moment des élections municipales : Bis repetita placent ..
    Bonjour,                                     Saint-Leu de La Réunion, le 23 mai 2020
    Par contre, là, nos politiques au pouvoir rendent obligatoire le port du masque pour les prochaines élections : non pas - avant tout - pour protéger la population, mais - surtout - afin de se dédouaner et de se protéger eux-mêmes … Et pendant ce temps là, chez le boulanger, à La Poste et dans tous les commerces et lieux clos en général, il ne le fallait nullement l’imposer. Et vous savez pourquoi ? Uniquement par peur orgueilleuse d’admettre qu’ils avaient eu tort après plus de 3 mois de négligences, d’incompétences, et de laisser-aller à répétition !!! 
    C’est précisément contre ce deux poids, deux mesures, ultrapernicieux et lâche, que je lutte pacifiquement et à 100 % bénévolement, sans répit, depuis maintenant 28 ans (9 mai 1992), et toujours en faveur de la généralisation de la proposition du test VIH à l’ensemble de la population concernée. Tout en considérant que - déjà - les affaires du sang contaminé, de l’amiante, ou encore celle du Médiator (pour ne citer que les plus marquantes et les plus criminelles) continuent toujours à décimer à petit feu dans l’indifférence quasi générale …
    Pour que "le monde d’après" ne soit pas qu’un slogan factice à la noix !
    Bien cordialement,
    F M 
    ♦︎  Principalement aux autorités scientifiques et
     à nos politiques de tous bords / députés comme sénateurs
     : Lorsque le gouvernement français cache - coûte que coûte - ses scandales sanitaires sous le tapis de l’indifférence politicarde !!! … / Quand Philippe DOUSTE-BLAZY et Simone VEIL préféraient interner que dépister ...
     
     

    9 AVRIL 2020 - LORSQUE PHILIPPE DOUSTE-BLAZY EN COMPLICITÉ AVEC SIMONE VEIL PRÉFÉRAIENT INTERNER QUE DÉPISTER !!! ...

     

    Quand le gouvernement français cache -  ses scandales sanitaires sous le tapis de l'indifférence politicarde !!! ... / Courriel transmis à l'ensemble de la Presse ainsi qu'aux autorités scientifiques et politiques de notre pays :

     

     

    Madame, Monsieur,                             Saint-Leu de La Réunion, le 9 avril 2020

     
    Depuis fin février, lex-ministre de la santé, Philippe DOUSTE-BLAZY, court assidûment les plateaux TV, pour prôner haut et fort, que la solution au Covid-19 (en-dehors même de lhydroxychloroquine) « c'est avant tout le dépistage, le dépistage et le dépistage . ». Soit, il a assurément raison ! Mais alors pourquoi, vraiment pourquoi, le 15 avril 1994, en sa qualité de ministre délégué à la Santé, "notre bon" Dr Philippe DOUSTE-BLAZY, avec laval de la ministre de la Santé en exercice, Madame Simone VEIL, ont-ils - préféré - ‘‘en cœur’’carrément jeter aux oubliettes d'un asile psychiatrique 26 jours d'hospitalisation d’office (HO) au Centre du Perray-Vaucluse, après un sit-in de 122 jours face à leur ministère / « Un véritable goulag à la sauce démocratique !!! »le croisé du sida que j’étais déjà ? Et cela après plus de 2 ans de combat humanitaire pacifique et bénévole, dont 5 actions publiques médiatisées, à manifester sans relâche en faveur - uniquement - du dépistage volontaire du VIH ( il faut dire qu’à ce moment là les réseaux sociaux n’en étaient qu’à leurs balbutiements … ). Plutôt que d’avoir voulu assumer correctement leur devoir de protecteur du citoyen, en acceptant consciencieusement d’ouvrir un simple débat spécifique de fond à l’Assemblée nationale, sur une mesure identique de santé publique tout aussi préventive : la généralisation de la proposition du test VIH à l’ensemble de la population concernée. Puisque, encore aujourd’hui, après 28 ans de lutte opiniâtre à essayer, coûte que coûted'obtenir cette délibération nécessaire et salutaire à la communauté (qui mériterait également d'être élargi au dépistage des hépatites B/C), ce sont donc 25 000 à 40 000 personnes séropositives qui ignorent toujours leur statut sérologique rien qu'en Franc / Ces faits sont précisément détaillés dans la rubrique de mon blog : Franck Mességué - l’Aventurier Idéaliste.
     
    Toujours disponible,
     
    Bien solidairement,
     
    Franck Mességué 

     

    1 AVRIL 2020 - QUAND LES TESTS DU VIH ET DES HÉPATITES B / C  DEVRAIENT REJOINDRE UTILEMENT CEUX DU CORONAVIRUS … 

     

    Pour faire dune pierre trois coups, et pour qu’enfin la chaîne morbide de transmission du je-m’en-foutisme politique puisse se briser une bonne fois pour toutes !!! 
     
    NB : cette lettre a été également transmise à l’ensemble de nos politiques de tous bords

     

    Mesdames les Soignantes, Messieurs les Soignants de France,                         Saint-Leu de La Réunion, le 1 avril 2020

    Personnellement, voilà pratiquement 28 ans (mai 1992) que je me bats, surtout sans faire semblant, 100 % bénévolement, corps et âme, avec, pour l’instant, 10 actions publiques à mon compteur, dont 137 jours en tout de grève de la faim nécessaires sur 5 manifestations pacifiques / Blog Franck Mességué - l’Aventurier Idéaliste, et tout cela pour essayer uniquement d’obtenir l’ouverture d’un débat purement démocratique à notre Assemblée nationale, sur une mesure éminemment salutaire de santé publique de portée mondiale : LA GENERALISATION EFFECTIVE DE LA PROPOSITION DU TEST VIH/SIDA A L’ENSEMBLE DE LA POPULATION CONCERNEE, une disposition qui est par ailleurs ouvertement et largement soutenue par l’OMS / le 30 mai 2007, ainsi que par le Conseil National du Sida, depuis son rapport spécifique sur la question du 16 novembre 2006.
    Comme vous le savez certainement, cette disposition fondamentale avait finalement été acceptée par l’ex-ministre de la Santé, Madame Roselyne BACHELOT, le 6 octobre 2010, qui en avait fait une priorité de dernière minute, dans son Plan national VIH/SIDA et les IST 2010-2014  (« C'est, en intention, un virage à 90 ° » avait même pu s'étonner le professeur Willy ROZENBAUM /AFP). Ainsi, cette mesure devait - normalement - à elle seule, en tenant compte d’une étude rigoureuse et chiffrée, réduire de 50 % les nouveaux cas en cinq ans : soit environ 16 000 personnes, mais aussi réduire de 20 % la mortalité liée au sida : soit environ 1000 décès de moins dans le même temps ; mais c’était malheureusement sans compter sur ses successeurs, et en particulier Madame Marisol TOURAINE, ainsi que l'ancienne ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès BUZYN, qui ont, à tour de rôle, abandonné l’idée salvatrice et responsable de concrétiser consciencieusement cette résolution !?…
    Actuellement, "grâce" au Covid-19 (le fléau du sida ayant un tantinet "passé de mode" !!! … Si vous me permettez cette expression tristement objective), la pression médiatique obligent, fort heureusement, nos politiques, qui se targuent souvent d’être des experts de l’anticipation, à se bouger ostensiblement pour la bonne cause. Cependant, cela ne les a pas empêché de dire un peu de tout et parfois même du n’importe quoi, dont voici seulement 3 exemples des plus significatifs et révélateurs : le Dr Agnès BUZYN, en tant que ministre de la Santé, elle, qui sait crier, maintenant, sur tous les toits qu’elle avait vu juste avant tout le monde, mais ce n'était certainement pas le 21 janvier dernier, lorsqu’elle déclarait : « L’introduction en France de cas liés à cette épisode est faible (…) », et 3 jours après, elle enfonce le clou, en persistant à se prendre maladroitement les pieds dans le tapis dont elle a le secret si bien gardé : « Le risque d’importation est modéré, il est maintenant pratiquement nul, puisque la ville de Wuhan est isolée (…) Les risques secondaires de cas importés sont très faibles. Les risques de propagation dans la population sont aussi très faibles . »son confrère et actuel remplaçant, le Dr Olivier VERAN, lui, en pleine crise sanitaire mondiale d’urgence et de confinement de surcroît, et dans le but de vouloir certainement nous rassurer du haut de son caducée ministériel bienveillant, lors de sa conférence de presse du 21 mars dernier, a mot pour mot affirmé : « Prenons un exemple très concret : en population générale, une personne qui marche dans la rue pour aller faire ses courses n’a pas besoin de masque, parce que le virus se transmet essentiellement par les mains et il faut rester plus de 15 minutes à moins d’un mètre d’une personne contagieuse pour que le risque de transmission par la bouche se développe . » A croire, tant qu’on y est, que si cette personne contaminée à de plus le vent dans le dos … ce doit être idem comme risque encouru dans le mètre de sécurité absolue !!! . Puis, après avoir lu son texte "mûrement réfléchi", il surajoute allègrement sans vergogne, en répondant à une question pertinente de Cécile LARONCE de France 3, qui relatait les avantages flagrants de la stratégie en Corée du sud basée sur le dépistage : « Un dépistage n’empêche pas la progression du virus. Un dépistage n’empêche pas la transmission du coronavirus. Un dépistage n’empêche pas une épidémie (…) Le testing systématique à l’échelle nationale, cela devient inopérant . » Et vlan ! Faire fi du fait que lorsque l’Humain a la connaissance de sa propre et gravissime contamination, grâce d’ailleurs au dépistage primordial (que ce soit pour le Covid-19 ou bien pour le VIH), il a - avant tout - une heureuse et saine tendance à vouloir bien naturellement protéger les autres, et a fortiori l’ensemble de sa Famille, tout comme ses proches / si, bien sûr, cette évidence de réaction post-dépistage, à la fois solidaire et clairvoyante, ne dérange pas trop la conception bizarroïde du sens salvateur de la prévention de Monsieur Le Ministre de notre Santé publique dans sa vision aveugle et irresponsable de la situation !!! ??? ... Et pour clore ce sottisier des inepties funestes venus de personnages qui ont pourtant accepté, en leur âme et conscience, dêtre responsables de la protection du peuple français dans son ensemble, je tiens à citer les paroles inconséquentes du Dr Martine SERVAT, Directrice de l’animation territoriale et des parcours de santé de l’ARS à La Réunion, qui, pour aller dans le sens délétère de son patron de ministre, n’a pas hésité une seule seconde à clamer haut et fort dans le JT de Réunion La 1ère, à propos du dépistage systématique des soignants, que sollicitaient pourtant avec insistance de nombreux acteurs placer en première ligne dans cette guerre contre le coronavirus : « Le dépistage systématique des soignants est non pertinent, non efficace, trompeur ! » ... 
    Si avec tout ça, nos décideurs n’acceptent toujours pas d’admettre avec lucidité qu’il est grand temps de véritablement réagir avec l'indignation nécessaire au rétablissement d’une logique et d’un bon sens salutaires ; alors, vous pouvez compter sur moi pour entamer ma 29ème année de lutte avec autant de détermination et d’authenticité pour servir cet idéal / réaliste qui ne pourra foncièrement que protéger, soulager et sauver des centaines de milliers, voire des millions de Vies Humaines ! 
    Ainsi, je propose la mesure de prévention et de protection suivante : que lorsque la généralisation des tests sérologiques / Covid-19 sera prochainement et efficacement opérationnelle, les autorités puissent, dans le même temps, procéder aux dépistages du VIH qui, lui, sil se soigne parfaitement … lorsqu’il est dépisté à temps, reste cependant inguérissable, ainsi que des hépatites B et C / cette dernière dispose maintenant d’excellents traitements ; sachant que ces virus tuent à eux seuls, chaque année près de 5 000 personnes sur notre territoire, pour plus de 2 000 000 de personnes dans le monde, dans une quasi-indifférence sociétale !!! … Pour cela, il suffira simplement de prélever une infime quantité de sang complémentaire aux personnes qui consentiront à bénéficier de ces analyses de prévention, par la connaissance de leur statut sérologique et donc de protection pour elles-même et les autres.
    Surtout que notre ministre de la Santé, Olivier VERAN, toujours lui, ne se contente pas de dire que des incohérences aberrantes, mais il sait mentir également, puisqu’à la même conférence du 21 mars, il a osé prétendre, avec un aplomb à décorner les bœufs, que : « La France a toujours collé aux recommandations de l’OMS ! » ; il avait certainement oublié que cette prestigieuse Organisation Mondiale de la Santé, en cœur avec l’ONUSIDA, avaient bien fini par constater, voilà donc déjà … 13 ans, en 2007 : « Que le dépistage proposé par un professionnel de santé pouvait en augmenter la fréquence, et qu’il est donc essentiel de développer l’accès au conseil et au dépistage VIH pour favoriser un diagnostic plus précoce de linfection . » . Tout en persistant dans ce jugement perspicace, il y a pas si longtemps de cela ; et là, je m’adresse directement à vous, Monsieur le Ministre de passage, soit, vous avez la mémoire trop courte, soit vous le faites décidément exprès, puisque la déclaration ci-après date seulement de 4 mois, précisément le 27 novembre 2019 : « Le dépistage est la première étape pour empêcher les décès dus au VIH (…) Les nouvelles lignes directrices de l’OMS en matière de dépistage du VIH visent à changer cela en profondeur . » Tiens, tiens, comme par hasard, cette démonstration magistrale est carrément à l'inverse de ce que vous affirmiez comme étant la Vérité péremptoire pour ne pas dire incontestable !!! . Et afin de ne pas laisser effacer d’un coup d’éponge politicarde vos allégations, pour le moins pernicieuses et trompeuses, de ce 21 mars sinistrement mémorable, en voici un rappel qui vous fera comprendre, nous l'espérons hâtivement, que ce n’est sérieusement pas déontologique / PRIMUM NON NOCERE, d’insister aussi lourdement, en cherchant à vouloir, à tout prix, nous faire avaler vos couleuvres aussi indigestes que nuisibles : « Un dépistage n’empêche pas la progression du virus. Un dépistage n’empêche pas la transmission du coronavirus. Un dépistage n’empêche pas une épidémie (…). Le testing systématique à l’échelle nationale, cela devient inopérant . » 
    Aussi, je me fais un peu le porte-parole des citoyens qui souhaitent, avant tout et surtout, un véritable changement de mentalité dans l'attitude de certains de nos dirigeants, en demandant aux Femmes et aux Hommes, de tous les horizons, qui prétendent être capables de représenter nos valeurs et nos espérances, d’être foncièrement, avant tout et surtout - SINCERES ET LOYAUX - ; et que tous ceux qui ont la faiblesse récurrente de n'avoir que la conviction de leurs ambitions, plutôt que d’avoir en priorité, fondamentalement et valablement, l’ambition de leurs convictions . Alors, merci infiniment à eux, de bien vouloir laisser la place à celles et à ceux qui la méritent de part leur idéal fièrement incorruptible, au nom d’une authentique considération constructive, respectueuse et réciproque entre les Êtres honnêtes de bonne volonté . 
    MERCI  
    Bien sincèrement 
    Franck Mességué

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :